Coup de projecteur sur nos membres EP: Marilyn Baxter


Marilyn Baxter, Winner of Hamilton's Environmental Lifetime Achievement Award
Faites la connaissance de Marilyn Baxter, EP, ancienne responsable de l’environnement au sein de l’administration portuaire de Hamilton et lauréate du prix "Hamilton's Environmental Lifetime Achievement Award"!

Faites la connaissance de Marilyn Baxter, EP, ancienne responsable de l’environnement au sein de l’administration portuaire de Hamilton et lauréate du prix « Hamilton’s Environmental Lifetime Achievement Award »!

Elle a récemment pris sa retraite et était la porte-parole et la championne de la restauration du port de Hamilton, depuis 1993. Elle a commencé par devenir bénévole pour la restauration. La passion, le dévouement et l’expertise environnementale lui permettra de devenir Directrice Exécutive du Bay Area Restoration Council (BARC). Le poste qu’elle occupe lui permettra également de jouer un rôle de premier plan dans la mobilisation des volontaires locaux, la sensibilisation et le soutien de la communauté.

Aujourd’hui, le port en plein essor est une partie centrale de la ville de Hamilton, en Ontario, et est apprécié par le public local, ce qui permet des loisirs le long des quais.

Son rôle de leader au sein du BARC lui conduira également à jouer un rôle dans divers comités consultatifs sur l’environnement, notamment celui du Great Lakes Advisory Committee lors de la création du programme de certification environnementale Green Marine, et du Chair of Hamilton Remedial Subcommittee: Colonial Nesting Birds.

En reconnaissance de ses réalisations et de son excellence environnementale depuis plus de 25 ans, Marilyn a reçu le « Hamilton’s Environmental Lifetime Achievement Award ».

ECO Canada a eu le plaisir d’interviewer Marilyn et de partager quelques extraits de cette interview avec nos lecteurs.

Commençons dès le début. Quand avez-vous décidé de poursuivre une carrière dans le secteur de l’environnement?

Tout a commencé quand j’ai pris la chimie comme matière au lycée. J’étais très fascinée par la science en général et le cours m’a fourni une compréhension de base de la cause et des effets des produits chimiques sur notre environnement.

Après le lycée, j’ai décidé d’aller au Fanshawe College de London, en Ontario, où j’ai obtenu un diplôme en technologie de l’environnement de trois ans.

C’est impressionnant de savoir que très tôt vous avez trouvé votre appel. Pourriez-vous nous en dire plus sur ce qu’on ressent après avoir obtenu son diplôme universitaire?

La formation est très importante pour entrer dans le domaine de l’environnement. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai travaillé comme chercheuse en environnement pendant 8 ans et j’ai pris du temps pour élever une famille.

Décrivez votre implication dans la mise en place du plan de mesures correctives visant à restaurer la région de Hamilton Bay, et quelle a été l’ampleur de votre implication?

La fin des années 80 était une période difficile pour Hamilton. Les aciéries rugissantes et un port animé de Hamilton constituaient une pierre angulaire de l’économie. L’impact de cette activité économique sur l’environnement était débilitant, entraînant une pollution de l’eau et de l’air. Cela devenait insoutenable et un plan d’action était nécessaire pour rétablir l’équilibre.

Lorsque je suis devenue membre de BARC en 1993, l’aspect le plus difficile de mon rôle a été de rassembler diverses parties prenantes telles que des politiciens locaux, des producteurs d’acier et diverses associations afin d’élaborer un plan d’action correctif et inclusif pour la restauration du port de Hamilton.
J’ai dirigé l’exécution, la coordination et la communication du plan d’action corrective et rendu des comptes à toutes les principales parties prenantes, et j’ai également veillé à ce que le plan soit sur la bonne voie.

Aujourd’hui, le port de Hamilton est entièrement restauré et fait partie de la communauté. Je dirais que c’est ma plus grande fierté à ce jour.

C’est une réalisation remarquable, avec un impact durable sur l’environnement et la communauté locale. Compte tenu de votre expérience confirmée dans la gestion de grands projets environnementaux, qu’est-ce qui vous a poussé à demander le titre de professionnel de l’environnement (EP) d’ECO Canada?

Lorsque j’ai obtenu mon diplôme du Fanshawe College, très peu d’universités offraient des diplômes d’études postsecondaires pour poursuivre mes études. En conséquence, j’ai trouvé du travail et, en 2006, je suis devenu membre EP. Cela tenait à mon désir de mettre en valeur mon expertise et d’être reconnue dans l’industrie en tant que leader de l’environnement.

La désignation EP suit un processus rigoureux et cela m’a permis d’avoir la crédibilité dont j’avais besoin pour réussir dans mon rôle de responsable de la santé environnementale. Responsable de la sécurité pour l’administration portuaire de Hamilton. En tant qu’organisme de réglementation fédérale, je me fie à ma connaissance des règlements en matière d’environnement pour communiquer activement avec nos locataires et nouer le dialogue avec eux, pour réduire au minimum l’impact sur l’environnement et pour faire respecter les meilleures pratiques opérationnelles. La désignation EP a permis d’établir l’autorité nécessaire pour renforcer les directives environnementales à l’intention de nos locataires.

Quel conseil donneriez-vous aux personnes qui débutent dans leur carrière environnementale?

Soyez passionné par l’environnement et travaillez en collaboration avec les intervenants. Les résultats ne sont pas toujours garantis, mais la persistance augmentera les chances de succès. Avant de vous impliquer dans un projet, il est important de comprendre la portée afin de pouvoir ensuite comprendre les complexités et chercher une solution. La communication est la clé!

Quel conseil donneriez-vous aux professionnels de l’environnement qui veulent aller de l’avant?

Investir dans le développement professionnel par le biais de la formation continue est essentiel pour améliorer le rendement au travail et comprendre les facteurs externes ayant une incidence sur le milieu de travail. Rester informé sur les dernières innovations technologiques respectives dans leurs domaines et comprendre les nouvelles législations environnementales. Assister à des événements axés sur l’environnement, établir des liens avec des pairs de l’industrie, partager des idées et construire un réseau solide de professionnels de l’environnement.

Quels ont été certains des principaux avantages dont vous avez bénéficié en tant que membre EP?

En tant que membre EP, j’ai apprécié avoir accès à divers cours de formation en ligne et à des webinaires dans lesquels je développais des compétences et des connaissances de l’industrie. La désignation reconnue au niveau national m’a donné une crédibilité accrue et pouvoir ajouter les lettres EP à côté de mon nom sur des cartes de visite m’a permis de me différencier des autres professionnels de l’environnement.

Recommanderiez-vous la désignation EP aux aspirants professionnels de l’environnement?

Oui, je le recommande vivement aux professionnels de l’environnement jeunes et expérimentés qui souhaitent acquérir un avantage concurrentiel. La désignation EP suit un processus d’éligibilité rigoureux, qui est nécessaire pour vous distinguer de vos pairs.

Marilyn, merci beaucoup d’avoir pris le temps de nous rencontrer aujourd’hui. Félicitations pour avoir remporté le titre « Lifetime Achievement Award ». Nous vous souhaitons une bonne retraite et espérons que nous resterons en contact dans les années à venir.

Comments

No comments yet

The comments are closed.