Regards sur les RH: changements de priorités pour les entreprises et la main-d’œuvre dans un contexte de pandémie mondiale (partie 1)


L’édition des Regards sur les RH du mois d’avril est arrivée! La COVID-19 et d’autres évènements actuels ont eu un impact sur les entreprises et l’emploi partout au Canada.  


Le chômage atteint des niveaux historiques partout au Canada

Au cours des derniers mois, le nouveau coronavirus a profondément modifié le paysage de la main-d’œuvre nationale et de l’économie canadienne. Statistique Canada fait état d’une perte de plus de trois millions d’emplois en mars et en avril, tandis que le taux de chômage s’est hissé à 13%. D’une ampleur considérable, cette baisse d’emploi est la deuxième la plus importante subie par le pays au cours de son histoire, les taux de chômage 1982 figurant en tête de liste. Le Québec a été le plus durement touché, avec 821 000 pertes d’emplois (19 %). Un élément positif cependant : les taux d’emploi ont moins souffert dans les territoires que dans le reste du Canada.

Des employeurs représentant au moins 32 750 travailleurs ont répondu à notre sondage auprès des employeurs afin d’indiquer l’incidence de cette économie en pleine mutation sur leur main-d’œuvre.

Profil des répondants pour le mois d’avril

75 répondants (72 en anglais, 3 en français), qui représentent au moins 32 750 employés au Canada.

  • La répartition géographique des entreprises était très large.
  • Des entreprises de toutes tailles ont répondu.
    • 65 % comptaient moins de 100 employés.
    • Principales industries : services professionnels, scientifiques et techniques; agriculture, foresterie, pêche et chasse; et fabrication.
  • 95 % comptent des employés en environnement; 38 % ont indiqué que leur effectif est uniquement composé de travailleurs en environnement.
    • Les employeurs participent à divers sous-secteurs environnementaux, qui vont de la durabilité à la qualité de l’eau, en passant par les évaluations environnementales et la conservation de la nature.

Des répercussions dans des entreprises de toutes tailles et de toutes sortes, dans toutes les régions

La COVID-19 et la faiblesse du marché pétrolier et gazier ont eu un effet négatif sur près de 43 % des entreprises interrogées. Globalement, les entreprises ont diminué leurs activités et fermé une partie de leurs emplacements pour toute la durée de la pandémie, principalement en raison de retards dans les projets ou d’annulations de contrats, de compressions budgétaires ainsi que des restrictions relatives aux voyages et aux services.

“Les clients ont des budgets plus serrés et ils dépensent donc moins pour nos services. Nous avons provisoirement suspendu les embauches et resserrons notre propre budget.”

Les entreprises du secteur de l’environnement s’en tirent mieux

En ce qui concerne les employeurs qui comptent des travailleurs en environnement, environ 27 % ont été touchés dans une certaine mesure par la COVID-19 et plus de 16 % subissent le contrecoup de la chute des marchés pétroliers et gaziers. Malgré les restrictions imposées à leurs activités, environ 7 % des entreprises sont plus occupées que d’habitude ou s’adaptent en élargissant et en modifiant leur offre de produits et de services. En outre, presque 20 % des employeurs recrutent actuellement du personnel afin de soutenir la croissance et de remplacer des travailleurs en environnement.

Les effectifs en environnement demeurent inchangés pour 48 % des employeurs, tandis que 4 % les ont accrus. Bien qu’environ 30 % aient réduit leur personnel, la plupart des répondants s’attendent à ce que ces changements soient temporaires.

“Chez nous, le même nombre de personnes travaille plus dur compte tenu de la COVID-19. Tout ce que nous faisons exige plus de temps, plus de travail..”

“Aucun changement pour l’instant, mais cela pourrait nous empêcher d’ouvrir des emplois d’été. ”

Les programmes de maintien des effectifs et les programmes pour les entreprises offrent un soulagement temporaire

Au cours des derniers mois, le gouvernement a déployé des mesures d’aide et de soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19. La plupart des répondants sont au courant des ressources dont ils disposent pour surmonter leurs difficultés sur le plan des activités commerciales et de la main-d’œuvre, comme le soutien du revenu, l’accès au crédit ou à des prêts et le report des versements d’impôt. Environ 19 % des répondants avaient connaissance des programmes de subvention salariale, s’en prévalaient ou prévoyaient de le faire.

Les employeurs ont besoin de mesures de marché du travail supplémentaires pour soutenir la gestion de leur main-d’œuvre :

  • De nombreux répondants attendaient les résultats de leurs demandes auprès d’Emplois d’été Canada.
  • Certains souhaitaient voir apparaître des plateformes de formation en ligne gratuite ou à faible coût pour occuper le personnel désœuvré.
  • Certains ont évoqué la nécessité d’un soutien financier visant à obtenir et à mettre en œuvre des technologies plus à même d’augmenter la productivité du personnel.
  • D’autres se demandaient si le gouvernement lancerait un programme de fonds de relance ou des projets d’immobilisations afin de stimuler les activités dans le secteur environnemental, en vue de contrebalancer la diminution des contrats dans l’industrie pétrolière et gazière et d’autres industries.

 

Changements de priorités dans les RH pour conserver et gérer la main-d’œuvre actuelle

L’incertitude a poussé de nombreuses entreprises à mettre en suspens leurs plans de développement de la main-d’œuvre; toutefois, 13 % prévoient de recruter pendant le reste de l’année. Les employeurs sont principalement préoccupés par la santé et la sécurité, la gestion à distance et le maintien en poste du personnel. Afin de conserver leurs effectifs, la plupart d’entre eux proposent des conditions de travail souples, soutiennent les employés qui travaillent à distance et favorisent un bon équilibre travail-vie privée.

Pour de plus amples renseignements, veuillez écrire à research@eco.ca.


Financé en partie par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada. Les opinions et les interprétations figurant dans la présente publication sont celles d’ECO Canada et ne représentent pas nécessairement celles du gouvernement du Canada.

Comments

No comments yet

The comments are closed.