--------------------

Tendances du marché de l’emploi en environnement (octobre à decembre 2020)

Analyse des offres d’emploi : des données en temps réel

À ECO Canada, nous cherchons sans cesse de nouvelles façons de mieux comprendre le marché de l’emploi en environnement et de rehausser la valeur de nos rapports. Notre tableau de bord interactif des analyses d’offres d’emploi (AOE) présente un aperçu des niveaux d’activité et des tendances en ce qui concerne l’embauche de professionnels de l’environnement au Canada. Nous mettons à jour notre plateforme tous les trimestres afin de fournir les données, les tendances et les analyses les plus récentes par région, profession et spécialisation environnementale.

Regard sur 2020: une année qui se termine sur une note positive

Alors que nous approchons de la date de déclaration officielle de la pandémie de COVID-19 il y a un an, les activités de recrutement continuent de se redresser au Canada, ce qui témoigne de la plus grande confiance des employeurs durant la transition entre la reprise économique et la croissance.

Entre les mois d’octobre et de décembre (T4), plus de 850 000 offres d’emplois uniques ont été publiées en ligne au Canada. De ce nombre, un peu plus de 35 000 concernaient des postes en environnement, ce qui représente une écoproportion (la proportion des offres d’emploi en environnement par rapport à l’ensemble des offres d’emploi) de 4,2 % pour les postes vacants du secteur environnemental.

En 2020, plus de 141 520 offres d’emplois en environnement ont été publiées, ce qui représente une écoproportion de 4,1 %. À la fin de l’année, le nombre d’offres d’emploi en environnement en ligne était de 37 % supérieur à celui de juin.

*Le rapport interactif pourrait prendre du temps à charger.

Près de 12 000 offres d’emplois en environnement ont été publiées en Ontario au T4, soit presque un tiers de tous les emplois en environnement annoncés au Canada. La Colombie-Britannique (7 900) et le Québec (7 600) suivaient de près. Bien que ce soit au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut qu’on ait enregistré le moins grand nombre d’offres d’emplois en environnement par rapport au reste du Canada, l’écoproportion des territoires était plus élevée que la moyenne nationale, soit 26 %, 24 % et 23 %, respectivement. L’Île-du-Prince-Édouard (9 %) et la Saskatchewan (8 %) ont affiché une forte écoproportion par rapport aux autres provinces.

En 2020, les ingénieurs civils, les inspecteurs de la santé publique, de l’environnement et de l’hygiène et de la sécurité au travail, de même que les professionnels des services-conseils en gestion aux entreprises, ont fait l’objet du plus grand nombre d’offres d’emploi en environnement. Toutefois, au T4, les analystes et consultants en informatique se sont classés troisièmes sur le plan du nombre d’offres d’emploi en environnement, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de la pression croissante visant à exercer ses activités en ligne.

Au T4, une forte proportion des offres d’emploi en ligne ciblant les gestionnaires en aquaculture, les surveillants de l’exploitation forestière, les professionnels des sciences forestières et les météorologues et climatologues correspondait à des postes en environnement. Chaque groupe professionnel affichait une écoproportion de plus de 60 %, soit beaucoup plus que la moyenne de 4,2 % englobant toutes les professions.

Le plus grand nombre d’offres d’emploi au T4 et en 2020 concernait les domaines de spécialisation suivants : durabilité, énergie et gestion des ressources naturelles. Entre octobre et décembre de l’année dernière, tous les domaines de spécialisation environnementale ont fait l’objet d’une tendance à la hausse par rapport aux niveaux d’avant la pandémie, exception faite de la durabilité, qui a connu une légère baisse au T4 par rapport au T3 (-123).

Depuis 2018, les secteurs des services professionnels, techniques et scientifiques, de la fabrication et des administrations publiques ont systématiquement fait l’objet du plus grand nombre d’offres d’emploi en environnement en ligne. Cependant, en 2020, les soins de santé et l’aide sociale se sont classés parmi les trois principales industries, supplantant les administrations publiques, probablement en raison de leur rôle essentiel durant une pandémie. Les soins de santé et l’aide sociale étaient également le deuxième plus important embaucheur de travailleurs de l’environnement au T4.

En dépit de ces changements, les administrations publiques ont continué d’embaucher le plus grand nombre de travailleurs de l’environnement dans les territoires en 2020. Dans les provinces, ce sont les services professionnels, techniques et scientifiques qui ont recruté le plus grand nombre de travailleurs de l’environnement.

Retour de la confiance des employeurs au Canada

En dépit des restrictions temporaires instaurées en décembre, le nombre d’offres d’emploi en environnement a légèrement augmenté du T3 au T4, ce qui représente une croissance pendant deux trimestres de suite. De plus, les offres au T3 et au T4 2020 ont dépassé le nombre de postes vacants d’il y a deux ans.

Le total des offres d’emploi en environnement reste tout de même de 11 % inférieur à 2019, mais de 12 % supérieur à 2018. L’écoproportion annuelle suit également une tendance à la hausse depuis deux ans et est passée de 2,8 % en 2018 à 3,7 % en 2019, puis à 4,1 % en 2020 (1,3 point de pourcentage). Ceci donne à penser que les tendances actuelles du marché ont disproportionnellement touché les postes vacants hors du secteur de l’environnement. Non seulement la confiance des employeurs revient aux niveaux d’avant la pandémie, mais les données indiquent également qu’une reprise économique plus écologique est en cours.

* Le rapport interactif sur les tendances pourrait prendre du temps à charger.

Les effets résiduels du ralentissement économique ont été les plus prononcés entre avril et juin 2020, et se sont poursuivis jusqu’à la fin de l’année. Le total des offres d’emploi en environnement a diminué de 18 355 en 2020 par rapport à 2019, 94 % de cette perte de postes vacants ayant été absorbés par la Colombie-Britannique (-9 116), l’Alberta (-4 671) et le Québec (-3 478).

Tous les groupes de professions ont fait l’objet d’une baisse du nombre des offres d’emploi en environnement par rapport à 2019, les fortes diminutions se situant dans les sciences naturelles et appliquées et les domaines apparentés (-6 550), la gestion (-3 715) et les affaires, la finance et l’administration (-2 713). Toutefois, le secteur de la santé a fait exception en enregistrant une augmentation de 25 %, ce qui a porté le nombre d’offres d’emploi en environnement à 5 377 en 2020.

En 2020, la plus grande baisse dans les offres d’emploi en environnement s’est manifestée dans les administrations publiques, les services d’hébergement et de restauration et le secteur manufacturier. Les administrations publiques ont affiché des signes de reprise graduelle au T4 2020 (+94), tandis que les offres d’emploi en environnement ont continué de diminuer dans les services d’hébergement et de restauration et le secteur manufacturier (-148 et -212, respectivement). Contrairement à la plupart des industries, le secteur des soins de santé et de l’aide sociale a enregistré une hausse comparativement à 2019, en affichant 9 950 offres d’emploi en environnement (+1 516).

Regard sur l’avenir

Alors que nous entamons une nouvelle année, on s’attend à ce que l’incertitude du marché se poursuive et influence les emplois vacants en environnement dans tout le pays. La perspective de vaccination des Canadiens a entraîné un optimisme bien nécessaire, mais le lent déploiement crée davantage d’incertitude. La Banque du Canada a mentionné qu’il faudra des mesures de stimulation monétaire pour réduire l’incidence de la pandémie sur l’économie, et que le marché du travail sera probablement marqué à long terme.

Nos constatations apportent également un complément d’information au rapport Tendances de la demande de travailleurs pendant la pandémie de COVID-19 du Centre des compétences futures, qui a conclu que les travailleurs employés dans des industries où la distanciation physique n’est pas possible ont été les plus touchés tout au long de la pandémie.

Dans le cas des travailleurs de l’environnement des industries en déclin, ces tendances peuvent être moins préoccupantes. Le rapport Perspectives de l’offre de main-d’œuvre en environnement d’ECO Canada a conclu que les travailleurs de l’environnement sont qualifiés pour travailler dans un certain nombre de secteurs d’activité. Par conséquent, un déclin dans certains secteurs ne signifie pas que ces travailleurs ne peuvent pas trouver de poste ailleurs.

ECO Canada continuera de surveiller activement les données issues des offres d’emploi afin de fournir en temps opportun de l’information et des perspectives pertinentes et crédibles sur la main-d’œuvre en environnement au Canada.

gouvernement du canada logo

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada

Les opinions et les interprétations figurant dans la présente publication sont celles d’ECO Canada et ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement du Canada.

Étant donné qu’au moins 75 % des postes vacants au Canada sont annoncés sur Internet, les données sur les offres d’emploi en ligne sont devenues un indicateur utile des besoins et des tendances d’embauche. Les employeurs du Canada affichent quotidiennement des millions d’emplois en ligne, permettant ainsi aux chercheurs d’étudier l’état du marché de l’emploi en temps réel.

ECO Canada relève et analyse les tendances au sein de l’économie verte afin de fournir des données et des perspectives à jour, pertinentes et crédibles au sujet de la main-d’œuvre en environnement au Canada. L’une des approches adoptées pour orienter la prise de décision des organisations et des personnes consiste à analyser le nombre d’offres d’emploi en environnement publiées en ligne. Notre analyse des offres d’emploi (AOE) présente un aperçu de l’activité de recrutement en ligne et des tendances concernant les travailleurs de l’environnement canadiens. Les données et les perspectives qui en découlent comprennent le nombre d’offres d’emploi en environnement publiées en ligne par région, profession et spécialisation environnementale, par rapport au nombre total d’offres d’emploi publiées en ligne d’un bout à l’autre du pays au fil du temps.

La main-d’œuvre en environnement du Canada travaille dans de nombreuses industries et exerce des professions variées. De ce fait, il est impossible de recueillir directement des données sur les travailleurs de l’environnement au moyen des classifications de données d’emploi habituelles, comme la Classification nationale des professions (CNP). C’est pour relever ce défi unique qu’ECO Canada a mis au point une approche visant à analyser les postes à pourvoir dans le secteur de l’environnement au pays.

Découvrir notre méthodologie

Publications en matière d’information sur le marché du travail

Les rapports d’analyse d’offres d’emploi fournissent des renseignements sur les débouchés en environnement au Canada, les types d’emplois affichés, ainsi que les professions et les compétences les plus recherchées. Forts de ces informations, nos intervenants peuvent cerner les tendances, les écarts et les occasions qui caractérisent les travailleurs de l’environnement, afin de soutenir l’essor et le maintien d’une main-d’œuvre qualifiée et productive.

Bien qu’informatif en soi, le présent rapport d’AOE se penche uniquement sur une partie de l’approche utilisée par ECO Canada pour analyser le marché de l’emploi lié aux travailleurs de l’environnement. Nous publions également des perspectives sur l’offre et la demande de main-d’œuvre afin d’estimer la taille de l’effectif canadien en environnement par région et par profession. Pour cela, nous nous fondons en partie sur l’écoproportion calculée à partir de nos AOE.

Tous nos rapports peuvent être consultés à eco.ca/recherche-enviro.

Ressources professionnelles

ECO Canada relève et analyse les compétences et les tendances du marché du travail qui caractérisent la main-d’œuvre en environnement afin de fournir des données et des perspectives à jour et pertinentes susceptibles de servir à des fins politiques, commerciales et éducatives. Nos rapports viennent appuyer nos intervenants dans quatre domaines clés : (1) employeurs – planification et attraction de candidats qualifiés, (2) particuliers – préparation à une carrière en environnement et avancement professionnel, (3) pouvoirs publics – création de programmes et mise à jour des politiques, (4) spécialistes de l’enseignement et de la formation – adaptation de leurs services afin de préparer la main-d’œuvre en demande actuelle et à venir.

On projette que l’emploi en environnement au Canada progressera de 8,1 % entre 2019 et 2029, ce qui se traduira par la création de 50 100 emplois. Outre ces nouveaux débouchés, on estime que 183 400 employés partiront progressivement à la retraite au cours des dix prochaines années. En effet, près de 30 % de la main-d’œuvre en environnement actuelle quittera son emploi, particulièrement en ce qui concerne les postes de niveau intermédiaire à supérieur, ce qui ouvrira des possibilités d’avancement professionnel aux travailleurs actuels et futurs.

Notre organisation répond aux besoin du marché du travail par plusieurs moyens : outils pour les ressources humaines destinés aux employeurs, accréditation des programmes d’enseignement postsecondaires en environnement, programmes d’emploi pour les étudiants et les diplômés, et agrément et formation des professionnels de l’environnement.

Découvrez tout l’éventail de ressources essentielles élaborées par ECO Canada pour favoriser la stabilité de la main-d’œuvre en environnement au Canada.

Foire aux questions

Les offres d’emploi en ligne permettent de réaliser en temps opportun des estimations détaillées du nombre et de la répartition des postes vacants. Au Canada, les employeurs affichent des millions de postes en ligne, et l’Enquête sur les postes vacants et les salaires de Statistique Canada laisse entendre qu’au moins 75 % de tous les emplois vacants sont affichés en ligne chaque trimestre. ECO Canada publie donc des rapports d’analyse des offres d’emploi (AOE) afin de décrire l’état du marché de l’emploi en environnement au Canada au cours d’une période donnée et au fil du temps.

1) Que nous indiquent les données d’offres d’emplois en ligne concernant le marché du travail?

Les offres d’emploi en ligne permettent de réaliser en temps opportun des estimations détaillées du nombre et de la répartition des postes vacants. Au Canada, les employeurs affichent des millions de postes en ligne, et l’Enquête sur les postes vacants et les salaires de Statistique Canada laisse entendre qu’au moins 75 % de tous les emplois vacants sont affichés en ligne chaque trimestre. ECO Canada publie donc des rapports d’analyse des offres d’emploi (AOE) afin de décrire l’état du marché du travail en environnement au Canada au cours d’une période donnée et au fil du temps.

2) Dans quelle mesure les offres d’emploi en ligne sont-elles représentatives du marché du travail en environnement au Canada?

Les offres d’emploi en ligne donnent un aperçu unique des possibilités d’emploi sur le marché, ainsi que des compétences dont les employeurs ont besoin. Toutefois, une certaine prudence est de mise au moment d’interpréter les données d’offres d’emploi en ligne, du fait que ces offres favorisent souvent les emplois de professionnels et le secteur des services et peuvent sous-représenter les métiers et autres professions manuelles.

3) Que m’apprendront les rapports d’AOE d’ECO Canada?

Les rapports d’AOE sont une ressource pour les personnes qui souhaitent connaître les débouchés en environnement au Canada, les types d’emplois affichés, ainsi que les professions et les compétences les plus recherchées. Forts de ces informations, nos intervenants peuvent cerner les tendances, les écarts et les occasions liés aux travailleurs de l’environnement, afin de soutenir l’essor et le maintien d’une main-d’œuvre qualifiée et productive. ECO Canada a pour objectif d’aider les pouvoirs publics, le milieu universitaire ainsi que les employeurs et les travailleurs du secteur de l’environnement à mesurer et à analyser les tendances du marché de l’emploi en environnement, et à évaluer les besoins actuels et futurs de la main-d’œuvre.

4) À quelle fréquence les rapports d’AOE sont-ils publiés?

ECO Canada met à jour ses données d’offres d’emploi tous les quatre mois (en février, avril, juillet et octobre), soit sur une base trimestrielle, en analysant la période précédente. L’information présentée dans les rapports met en évidence la répartition des postes vacants d’un bout à l’autre du Canada et souligne les tendances nationales et régionales pour les industries, les professions et les spécialisations qui composent la main-d’œuvre environnementale.

5) D’où proviennent les données d’offres d’emploi?

Nous utilisons un ensemble de données recueillies par Gartner TalentNeuron, qui comprend des offres d’emploi provenant notamment de Monster.ca, Guichet-emplois Canada, Emploi-Québec, WorkBC, BCJobs.ca, JobServe et ECO Emplois, ainsi que les tableaux d’affichage des offres d’emploi publiées par des entreprises individuelles.

L’ensemble de données de TalentNeuron inclut des informations comme le texte intégral de la description du poste (en français ou en anglais), le type d’emploi (temps plein par rapport à temps partiel), l’endroit, le niveau d’études souhaité et les autres compétences ou agréments exigés. TalentNeuron analyse les données des offres afin de cerner les postes uniques, en filtrant les offres publiées simultanément sur plusieurs sites. En l’absence informations clés, ces données ne sont pas comprises dans l’analyse.

jpa french graphic 1

6) Qu’est-ce qu’un travailleur de l’environnement?

ECO Canada définit les travailleurs de l’environnement comme toutes les personnes à l’emploi d’entreprises de biens et services environnementaux, peu importe leur profession, ainsi que celles qui possèdent des compétences environnementales spécialisées, quelle que soit l’industrie qui les emploie.

eco canada job posting analysis

7) Qu’est-ce que la CNP?

La Classification nationale des professions (CNP) est la norme en vigueur au Canada pour décrire les professions. Tant les emplois de travailleurs-spécialistes en environnement que ceux dans le secteur des biens et services environnementaux sont répartis à travers les industries et les professions et ne concordent pas exactement avec les taxonomies traditionnelles telles que le système de codes de la CNP.

ECO Canada associe les offres d’emploi en environnement à chacune des classes de la CNP au moyen des informations fournies par les employeurs dans le cadre de ces offres, par exemple le titre de poste, les fonctions principales et le niveau de scolarité exigé. Cette approche permet à ECO Canada d’analyser la demande et l’offre de main-d’œuvre, ce qui serait autrement impossible.

8) Qu’est-ce que l’écoproportion?

ECO Canada a inventé le terme « écoproportion » pour présenter la proportion d’offres d’emploi dans le secteur de l’environnement en pourcentage du nombre total d’offres d’emploi. Cette méthode permet de tenir compte des changements dans la répartition selon la profession et le secteur géographique afin d’analyser avec une granularité accrue les postes vacants affichés au Canada.

Bien qu’une profession puisse figurer en tête de liste pour ce qui est du nombre d’offres d’emploi en environnement, son écoproportion peut s’avérer plus haute ou plus basse que la moyenne nationale. Déterminer le nombre d’offres d’emploi publiées en ligne qui relèvent du secteur environnemental est l’une des mesures de l’AOE. Analyser les professions en fonction de leur écoproportion présente une perspective différente.

9) Qu’est-ce que le SCIAN?

Le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN) constitue la norme canadienne en vue de la catégorisation des industries. Ce système a été élaboré et adopté par le Canada, le Mexique et les États-Unis à des fins de comparaison entre les trois pays. L’emploi en environnement englobe différentes industries et ne concorde pas exactement avec les taxonomies habituelles comme le SCIAN. ECO Canada associe les offres d’emploi en environnement à chacune des classes du SCIAN au moyen des informations fournies par les employeurs dans le cadre de ces offres.

10) Qu’est-ce qu’une spécialisation?

Le modèle des sous-secteurs d’ECO Canada divise la main-d’œuvre selon plusieurs domaines liés à la protection, la gestion et la durabilité de l’environnement. L’emploi en environnement a pour objet l’exercice d’activités visant à gérer les ressources d’une façon durable, à évaluer ou minimiser les impacts sur l’environnement et à préserver ou rétablir l’intégrité écologique de l’environnement. Ces activités ont rapport à la planification, la mise en œuvre et la gestion d’initiatives, de programmes, de produits ou de services dans le domaine de l’environnement, à l’élaboration et la diffusion de connaissances environnementales, ainsi qu’à la sensibilisation à des questions environnementales. Dans la pratique, la plupart des professionnels de l’environnement se spécialisent dans plus d’un des 14 sous-secteurs diversifiés qui composent le secteur. ECO Canada élabore des normes professionnelles nationales pour chacune de ces spécialisations environnementales et a défini 332 compétences techniques afin d’orienter les possibilités de perfectionnement professionnel.

jpa french graphic 3

Commentaires et rétroaction

ECO Canada est ouvert à tout commentaire et évolue sans cesse afin de répondre aux besoins de son public. L’organisme mène des recherches continuelles et publie régulièrement des rapports afin de fournir en temps opportun de l’information et des perspectives pertinentes et crédibles sur la main-d’œuvre en environnement au Canada. Si possible, veuillez prendre cinq minutes pour remplir un sondage qui contribuera à orienter les futurs rapports d’analyse d’offres d’emploi.

Répondre au sondage

Nous sommes ouverts à tout commentaire et à toute discussion concernant l’ensemble de nos rapports d’IMT. Veuillez écrire à research@eco.ca

+ Rapport d’AOE

Analyse des offres d’emploi : des données en temps réel

À ECO Canada, nous cherchons sans cesse de nouvelles façons de mieux comprendre le marché de l’emploi en environnement et de rehausser la valeur de nos rapports. Notre tableau de bord interactif des analyses d’offres d’emploi (AOE) présente un aperçu des niveaux d’activité et des tendances en ce qui concerne l’embauche de professionnels de l’environnement au Canada. Nous mettons à jour notre plateforme tous les trimestres afin de fournir les données, les tendances et les analyses les plus récentes par région, profession et spécialisation environnementale.

Regard sur 2020: une année qui se termine sur une note positive

Alors que nous approchons de la date de déclaration officielle de la pandémie de COVID-19 il y a un an, les activités de recrutement continuent de se redresser au Canada, ce qui témoigne de la plus grande confiance des employeurs durant la transition entre la reprise économique et la croissance.

Entre les mois d’octobre et de décembre (T4), plus de 850 000 offres d’emplois uniques ont été publiées en ligne au Canada. De ce nombre, un peu plus de 35 000 concernaient des postes en environnement, ce qui représente une écoproportion (la proportion des offres d’emploi en environnement par rapport à l’ensemble des offres d’emploi) de 4,2 % pour les postes vacants du secteur environnemental.

En 2020, plus de 141 520 offres d’emplois en environnement ont été publiées, ce qui représente une écoproportion de 4,1 %. À la fin de l’année, le nombre d’offres d’emploi en environnement en ligne était de 37 % supérieur à celui de juin.

*Le rapport interactif pourrait prendre du temps à charger.

Près de 12 000 offres d’emplois en environnement ont été publiées en Ontario au T4, soit presque un tiers de tous les emplois en environnement annoncés au Canada. La Colombie-Britannique (7 900) et le Québec (7 600) suivaient de près. Bien que ce soit au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut qu’on ait enregistré le moins grand nombre d’offres d’emplois en environnement par rapport au reste du Canada, l’écoproportion des territoires était plus élevée que la moyenne nationale, soit 26 %, 24 % et 23 %, respectivement. L’Île-du-Prince-Édouard (9 %) et la Saskatchewan (8 %) ont affiché une forte écoproportion par rapport aux autres provinces.

En 2020, les ingénieurs civils, les inspecteurs de la santé publique, de l’environnement et de l’hygiène et de la sécurité au travail, de même que les professionnels des services-conseils en gestion aux entreprises, ont fait l’objet du plus grand nombre d’offres d’emploi en environnement. Toutefois, au T4, les analystes et consultants en informatique se sont classés troisièmes sur le plan du nombre d’offres d’emploi en environnement, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de la pression croissante visant à exercer ses activités en ligne.

Au T4, une forte proportion des offres d’emploi en ligne ciblant les gestionnaires en aquaculture, les surveillants de l’exploitation forestière, les professionnels des sciences forestières et les météorologues et climatologues correspondait à des postes en environnement. Chaque groupe professionnel affichait une écoproportion de plus de 60 %, soit beaucoup plus que la moyenne de 4,2 % englobant toutes les professions.

Le plus grand nombre d’offres d’emploi au T4 et en 2020 concernait les domaines de spécialisation suivants : durabilité, énergie et gestion des ressources naturelles. Entre octobre et décembre de l’année dernière, tous les domaines de spécialisation environnementale ont fait l’objet d’une tendance à la hausse par rapport aux niveaux d’avant la pandémie, exception faite de la durabilité, qui a connu une légère baisse au T4 par rapport au T3 (-123).

Depuis 2018, les secteurs des services professionnels, techniques et scientifiques, de la fabrication et des administrations publiques ont systématiquement fait l’objet du plus grand nombre d’offres d’emploi en environnement en ligne. Cependant, en 2020, les soins de santé et l’aide sociale se sont classés parmi les trois principales industries, supplantant les administrations publiques, probablement en raison de leur rôle essentiel durant une pandémie. Les soins de santé et l’aide sociale étaient également le deuxième plus important embaucheur de travailleurs de l’environnement au T4.

En dépit de ces changements, les administrations publiques ont continué d’embaucher le plus grand nombre de travailleurs de l’environnement dans les territoires en 2020. Dans les provinces, ce sont les services professionnels, techniques et scientifiques qui ont recruté le plus grand nombre de travailleurs de l’environnement.

Retour de la confiance des employeurs au Canada

En dépit des restrictions temporaires instaurées en décembre, le nombre d’offres d’emploi en environnement a légèrement augmenté du T3 au T4, ce qui représente une croissance pendant deux trimestres de suite. De plus, les offres au T3 et au T4 2020 ont dépassé le nombre de postes vacants d’il y a deux ans.

Le total des offres d’emploi en environnement reste tout de même de 11 % inférieur à 2019, mais de 12 % supérieur à 2018. L’écoproportion annuelle suit également une tendance à la hausse depuis deux ans et est passée de 2,8 % en 2018 à 3,7 % en 2019, puis à 4,1 % en 2020 (1,3 point de pourcentage). Ceci donne à penser que les tendances actuelles du marché ont disproportionnellement touché les postes vacants hors du secteur de l’environnement. Non seulement la confiance des employeurs revient aux niveaux d’avant la pandémie, mais les données indiquent également qu’une reprise économique plus écologique est en cours.

* Le rapport interactif sur les tendances pourrait prendre du temps à charger.

Les effets résiduels du ralentissement économique ont été les plus prononcés entre avril et juin 2020, et se sont poursuivis jusqu’à la fin de l’année. Le total des offres d’emploi en environnement a diminué de 18 355 en 2020 par rapport à 2019, 94 % de cette perte de postes vacants ayant été absorbés par la Colombie-Britannique (-9 116), l’Alberta (-4 671) et le Québec (-3 478).

Tous les groupes de professions ont fait l’objet d’une baisse du nombre des offres d’emploi en environnement par rapport à 2019, les fortes diminutions se situant dans les sciences naturelles et appliquées et les domaines apparentés (-6 550), la gestion (-3 715) et les affaires, la finance et l’administration (-2 713). Toutefois, le secteur de la santé a fait exception en enregistrant une augmentation de 25 %, ce qui a porté le nombre d’offres d’emploi en environnement à 5 377 en 2020.

En 2020, la plus grande baisse dans les offres d’emploi en environnement s’est manifestée dans les administrations publiques, les services d’hébergement et de restauration et le secteur manufacturier. Les administrations publiques ont affiché des signes de reprise graduelle au T4 2020 (+94), tandis que les offres d’emploi en environnement ont continué de diminuer dans les services d’hébergement et de restauration et le secteur manufacturier (-148 et -212, respectivement). Contrairement à la plupart des industries, le secteur des soins de santé et de l’aide sociale a enregistré une hausse comparativement à 2019, en affichant 9 950 offres d’emploi en environnement (+1 516).

Regard sur l’avenir

Alors que nous entamons une nouvelle année, on s’attend à ce que l’incertitude du marché se poursuive et influence les emplois vacants en environnement dans tout le pays. La perspective de vaccination des Canadiens a entraîné un optimisme bien nécessaire, mais le lent déploiement crée davantage d’incertitude. La Banque du Canada a mentionné qu’il faudra des mesures de stimulation monétaire pour réduire l’incidence de la pandémie sur l’économie, et que le marché du travail sera probablement marqué à long terme.

Nos constatations apportent également un complément d’information au rapport Tendances de la demande de travailleurs pendant la pandémie de COVID-19 du Centre des compétences futures, qui a conclu que les travailleurs employés dans des industries où la distanciation physique n’est pas possible ont été les plus touchés tout au long de la pandémie.

Dans le cas des travailleurs de l’environnement des industries en déclin, ces tendances peuvent être moins préoccupantes. Le rapport Perspectives de l’offre de main-d’œuvre en environnement d’ECO Canada a conclu que les travailleurs de l’environnement sont qualifiés pour travailler dans un certain nombre de secteurs d’activité. Par conséquent, un déclin dans certains secteurs ne signifie pas que ces travailleurs ne peuvent pas trouver de poste ailleurs.

ECO Canada continuera de surveiller activement les données issues des offres d’emploi afin de fournir en temps opportun de l’information et des perspectives pertinentes et crédibles sur la main-d’œuvre en environnement au Canada.

gouvernement du canada logo

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada

Les opinions et les interprétations figurant dans la présente publication sont celles d’ECO Canada et ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement du Canada.

+ Méthodologie

Étant donné qu’au moins 75 % des postes vacants au Canada sont annoncés sur Internet, les données sur les offres d’emploi en ligne sont devenues un indicateur utile des besoins et des tendances d’embauche. Les employeurs du Canada affichent quotidiennement des millions d’emplois en ligne, permettant ainsi aux chercheurs d’étudier l’état du marché de l’emploi en temps réel.

ECO Canada relève et analyse les tendances au sein de l’économie verte afin de fournir des données et des perspectives à jour, pertinentes et crédibles au sujet de la main-d’œuvre en environnement au Canada. L’une des approches adoptées pour orienter la prise de décision des organisations et des personnes consiste à analyser le nombre d’offres d’emploi en environnement publiées en ligne. Notre analyse des offres d’emploi (AOE) présente un aperçu de l’activité de recrutement en ligne et des tendances concernant les travailleurs de l’environnement canadiens. Les données et les perspectives qui en découlent comprennent le nombre d’offres d’emploi en environnement publiées en ligne par région, profession et spécialisation environnementale, par rapport au nombre total d’offres d’emploi publiées en ligne d’un bout à l’autre du pays au fil du temps.

La main-d’œuvre en environnement du Canada travaille dans de nombreuses industries et exerce des professions variées. De ce fait, il est impossible de recueillir directement des données sur les travailleurs de l’environnement au moyen des classifications de données d’emploi habituelles, comme la Classification nationale des professions (CNP). C’est pour relever ce défi unique qu’ECO Canada a mis au point une approche visant à analyser les postes à pourvoir dans le secteur de l’environnement au pays.

Découvrir notre méthodologie

Publications en matière d’information sur le marché du travail

Les rapports d’analyse d’offres d’emploi fournissent des renseignements sur les débouchés en environnement au Canada, les types d’emplois affichés, ainsi que les professions et les compétences les plus recherchées. Forts de ces informations, nos intervenants peuvent cerner les tendances, les écarts et les occasions qui caractérisent les travailleurs de l’environnement, afin de soutenir l’essor et le maintien d’une main-d’œuvre qualifiée et productive.

Bien qu’informatif en soi, le présent rapport d’AOE se penche uniquement sur une partie de l’approche utilisée par ECO Canada pour analyser le marché de l’emploi lié aux travailleurs de l’environnement. Nous publions également des perspectives sur l’offre et la demande de main-d’œuvre afin d’estimer la taille de l’effectif canadien en environnement par région et par profession. Pour cela, nous nous fondons en partie sur l’écoproportion calculée à partir de nos AOE.

Tous nos rapports peuvent être consultés à eco.ca/recherche-enviro.

+ Ressources professionnelles

Ressources professionnelles

ECO Canada relève et analyse les compétences et les tendances du marché du travail qui caractérisent la main-d’œuvre en environnement afin de fournir des données et des perspectives à jour et pertinentes susceptibles de servir à des fins politiques, commerciales et éducatives. Nos rapports viennent appuyer nos intervenants dans quatre domaines clés : (1) employeurs – planification et attraction de candidats qualifiés, (2) particuliers – préparation à une carrière en environnement et avancement professionnel, (3) pouvoirs publics – création de programmes et mise à jour des politiques, (4) spécialistes de l’enseignement et de la formation – adaptation de leurs services afin de préparer la main-d’œuvre en demande actuelle et à venir.

On projette que l’emploi en environnement au Canada progressera de 8,1 % entre 2019 et 2029, ce qui se traduira par la création de 50 100 emplois. Outre ces nouveaux débouchés, on estime que 183 400 employés partiront progressivement à la retraite au cours des dix prochaines années. En effet, près de 30 % de la main-d’œuvre en environnement actuelle quittera son emploi, particulièrement en ce qui concerne les postes de niveau intermédiaire à supérieur, ce qui ouvrira des possibilités d’avancement professionnel aux travailleurs actuels et futurs.

Notre organisation répond aux besoin du marché du travail par plusieurs moyens : outils pour les ressources humaines destinés aux employeurs, accréditation des programmes d’enseignement postsecondaires en environnement, programmes d’emploi pour les étudiants et les diplômés, et agrément et formation des professionnels de l’environnement.

Découvrez tout l’éventail de ressources essentielles élaborées par ECO Canada pour favoriser la stabilité de la main-d’œuvre en environnement au Canada.

+ FAQ et commentaires

Foire aux questions

Les offres d’emploi en ligne permettent de réaliser en temps opportun des estimations détaillées du nombre et de la répartition des postes vacants. Au Canada, les employeurs affichent des millions de postes en ligne, et l’Enquête sur les postes vacants et les salaires de Statistique Canada laisse entendre qu’au moins 75 % de tous les emplois vacants sont affichés en ligne chaque trimestre. ECO Canada publie donc des rapports d’analyse des offres d’emploi (AOE) afin de décrire l’état du marché de l’emploi en environnement au Canada au cours d’une période donnée et au fil du temps.

1) Que nous indiquent les données d’offres d’emplois en ligne concernant le marché du travail?

Les offres d’emploi en ligne permettent de réaliser en temps opportun des estimations détaillées du nombre et de la répartition des postes vacants. Au Canada, les employeurs affichent des millions de postes en ligne, et l’Enquête sur les postes vacants et les salaires de Statistique Canada laisse entendre qu’au moins 75 % de tous les emplois vacants sont affichés en ligne chaque trimestre. ECO Canada publie donc des rapports d’analyse des offres d’emploi (AOE) afin de décrire l’état du marché du travail en environnement au Canada au cours d’une période donnée et au fil du temps.

2) Dans quelle mesure les offres d’emploi en ligne sont-elles représentatives du marché du travail en environnement au Canada?

Les offres d’emploi en ligne donnent un aperçu unique des possibilités d’emploi sur le marché, ainsi que des compétences dont les employeurs ont besoin. Toutefois, une certaine prudence est de mise au moment d’interpréter les données d’offres d’emploi en ligne, du fait que ces offres favorisent souvent les emplois de professionnels et le secteur des services et peuvent sous-représenter les métiers et autres professions manuelles.

3) Que m’apprendront les rapports d’AOE d’ECO Canada?

Les rapports d’AOE sont une ressource pour les personnes qui souhaitent connaître les débouchés en environnement au Canada, les types d’emplois affichés, ainsi que les professions et les compétences les plus recherchées. Forts de ces informations, nos intervenants peuvent cerner les tendances, les écarts et les occasions liés aux travailleurs de l’environnement, afin de soutenir l’essor et le maintien d’une main-d’œuvre qualifiée et productive. ECO Canada a pour objectif d’aider les pouvoirs publics, le milieu universitaire ainsi que les employeurs et les travailleurs du secteur de l’environnement à mesurer et à analyser les tendances du marché de l’emploi en environnement, et à évaluer les besoins actuels et futurs de la main-d’œuvre.

4) À quelle fréquence les rapports d’AOE sont-ils publiés?

ECO Canada met à jour ses données d’offres d’emploi tous les quatre mois (en février, avril, juillet et octobre), soit sur une base trimestrielle, en analysant la période précédente. L’information présentée dans les rapports met en évidence la répartition des postes vacants d’un bout à l’autre du Canada et souligne les tendances nationales et régionales pour les industries, les professions et les spécialisations qui composent la main-d’œuvre environnementale.

5) D’où proviennent les données d’offres d’emploi?

Nous utilisons un ensemble de données recueillies par Gartner TalentNeuron, qui comprend des offres d’emploi provenant notamment de Monster.ca, Guichet-emplois Canada, Emploi-Québec, WorkBC, BCJobs.ca, JobServe et ECO Emplois, ainsi que les tableaux d’affichage des offres d’emploi publiées par des entreprises individuelles.

L’ensemble de données de TalentNeuron inclut des informations comme le texte intégral de la description du poste (en français ou en anglais), le type d’emploi (temps plein par rapport à temps partiel), l’endroit, le niveau d’études souhaité et les autres compétences ou agréments exigés. TalentNeuron analyse les données des offres afin de cerner les postes uniques, en filtrant les offres publiées simultanément sur plusieurs sites. En l’absence informations clés, ces données ne sont pas comprises dans l’analyse.

jpa french graphic 1

6) Qu’est-ce qu’un travailleur de l’environnement?

ECO Canada définit les travailleurs de l’environnement comme toutes les personnes à l’emploi d’entreprises de biens et services environnementaux, peu importe leur profession, ainsi que celles qui possèdent des compétences environnementales spécialisées, quelle que soit l’industrie qui les emploie.

eco canada job posting analysis

7) Qu’est-ce que la CNP?

La Classification nationale des professions (CNP) est la norme en vigueur au Canada pour décrire les professions. Tant les emplois de travailleurs-spécialistes en environnement que ceux dans le secteur des biens et services environnementaux sont répartis à travers les industries et les professions et ne concordent pas exactement avec les taxonomies traditionnelles telles que le système de codes de la CNP.

ECO Canada associe les offres d’emploi en environnement à chacune des classes de la CNP au moyen des informations fournies par les employeurs dans le cadre de ces offres, par exemple le titre de poste, les fonctions principales et le niveau de scolarité exigé. Cette approche permet à ECO Canada d’analyser la demande et l’offre de main-d’œuvre, ce qui serait autrement impossible.

8) Qu’est-ce que l’écoproportion?

ECO Canada a inventé le terme « écoproportion » pour présenter la proportion d’offres d’emploi dans le secteur de l’environnement en pourcentage du nombre total d’offres d’emploi. Cette méthode permet de tenir compte des changements dans la répartition selon la profession et le secteur géographique afin d’analyser avec une granularité accrue les postes vacants affichés au Canada.

Bien qu’une profession puisse figurer en tête de liste pour ce qui est du nombre d’offres d’emploi en environnement, son écoproportion peut s’avérer plus haute ou plus basse que la moyenne nationale. Déterminer le nombre d’offres d’emploi publiées en ligne qui relèvent du secteur environnemental est l’une des mesures de l’AOE. Analyser les professions en fonction de leur écoproportion présente une perspective différente.

9) Qu’est-ce que le SCIAN?

Le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN) constitue la norme canadienne en vue de la catégorisation des industries. Ce système a été élaboré et adopté par le Canada, le Mexique et les États-Unis à des fins de comparaison entre les trois pays. L’emploi en environnement englobe différentes industries et ne concorde pas exactement avec les taxonomies habituelles comme le SCIAN. ECO Canada associe les offres d’emploi en environnement à chacune des classes du SCIAN au moyen des informations fournies par les employeurs dans le cadre de ces offres.

10) Qu’est-ce qu’une spécialisation?

Le modèle des sous-secteurs d’ECO Canada divise la main-d’œuvre selon plusieurs domaines liés à la protection, la gestion et la durabilité de l’environnement. L’emploi en environnement a pour objet l’exercice d’activités visant à gérer les ressources d’une façon durable, à évaluer ou minimiser les impacts sur l’environnement et à préserver ou rétablir l’intégrité écologique de l’environnement. Ces activités ont rapport à la planification, la mise en œuvre et la gestion d’initiatives, de programmes, de produits ou de services dans le domaine de l’environnement, à l’élaboration et la diffusion de connaissances environnementales, ainsi qu’à la sensibilisation à des questions environnementales. Dans la pratique, la plupart des professionnels de l’environnement se spécialisent dans plus d’un des 14 sous-secteurs diversifiés qui composent le secteur. ECO Canada élabore des normes professionnelles nationales pour chacune de ces spécialisations environnementales et a défini 332 compétences techniques afin d’orienter les possibilités de perfectionnement professionnel.

jpa french graphic 3

Commentaires et rétroaction

ECO Canada est ouvert à tout commentaire et évolue sans cesse afin de répondre aux besoins de son public. L’organisme mène des recherches continuelles et publie régulièrement des rapports afin de fournir en temps opportun de l’information et des perspectives pertinentes et crédibles sur la main-d’œuvre en environnement au Canada. Si possible, veuillez prendre cinq minutes pour remplir un sondage qui contribuera à orienter les futurs rapports d’analyse d’offres d’emploi.

Répondre au sondage

Nous sommes ouverts à tout commentaire et à toute discussion concernant l’ensemble de nos rapports d’IMT. Veuillez écrire à research@eco.ca