--------------------

Analyste de l’évaluation environnement

Un analyste en évaluation environnementale effectue des recherches et analyse des données et de l’information sur l’environnement pour préparer des rapports d’évaluation environnementale conformément à la loi fédérale (c.-à-d. la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale) et à la loi provinciale sur les évaluations environnementales. Les analystes en évaluation environnementale évaluent les projets proposés et fournissent des renseignements concrets en vue d'une planification efficace et d'une prise de décision éclairée visant à promouvoir la sensibilisation du public, la protection et la gestion de l’environnement ainsi que le développement durable.

Entry-Level Salary:
n/a
Senior-Level Salary:
n/a

En Bref

Imaginez-vous vous tenant tranquillement sous le couvert d’une zone arborée intacte dans la partie nord de la province. Il y a quelques années seulement, on s’intéressait très peu à ce qui se passait dans cette région, mais la découverte d’un gisement important de gaz naturel sous la forêt pourrait bien changer les choses. Une société d’énergie a proposé d’exploiter ce champ de gaz naturel et de construire un pipeline souterrain pour transporter le gaz naturel jusqu’aux marchés du Sud. Vous êtes analyste en évaluation environnementale et votre équipe et vous visitez le site dans le cadre d’une évaluation environnementale du projet proposé. Votre travail consiste à vous assurer que les répercussions du projet sur l'environnement sont définies, évaluées et atténuées et que les décisionnaires disposent de renseignements exacts avant de décider si le projet devrait être mis en œuvre ou non.

En tant que chef analyste en évaluation environnementale de ce projet, votre première tâche consiste à décider du type d’évaluation qu’exige le projet et des lois provinciales, fédérales ou autres lois environnementales qui s’appliquent. Comme le pipeline est un projet de grande envergure, les promoteurs devront demander des fonds fédéraux et obtenir l'approbation des organismes de réglementation; la région étant très sensible aux perturbations d’origine humaine, on a décidé qu’une étude approfondie s’avérait nécessaire. Une étude approfondie est une évaluation environnementale intensive effectuée en vertu de la législation fédérale sur les évaluations environnementales dans le but de cerner, d'évaluer et d'atténuer les répercussions négatives sur l'environnement et de déterminer l’importance des effets résiduels d’un projet d'aménagement. Votre équipe et vous passerez des mois à recueillir des données et des renseignements relatifs au site et à passer en revue les études de cas de projets similaires. Vous consacrerez également du temps à consulter les habitants de la région et les membres de la collectivité autochtone pour obtenir leurs commentaires sur le pipeline et à afficher des renseignements sur Internet afin d’obtenir d’autres commentaires du public. Une fois que vous aurez recueilli tous les renseignements nécessaires, vous préparerez un rapport d’évaluation environnementale qui souligne les répercussions environnementales éventuelles du projet d'aménagement et rédigerez des conclusions concernant l’importance des effets résiduels sur l’environnement. Si le projet est approuvé, vous pourriez également avoir à participer au suivi de l’évaluation, par exemple en surveillant la construction du pipeline pour veiller à ce que des mesures d’atténuation efficaces soient mises en oeuvre et que les effets résiduels demeurent bénins.

Fonctions


Les fonctions types varient beaucoup d’un emploi à l’autre, mais la liste qui suit donne un exemple des fonctions qu’un analyste en évaluation environnementale est susceptible de remplir :

  • Se tenir au courant des lois, des politiques et des procédures relatives aux évaluations environnementales et des principales évaluations effectuées à l’échelle régionale et nationale.
  • Recueillir et analyser les données et les renseignements sur les projets et l’environnement concernant les conséquences des projets d’aménagement proposés sur l’environnement.
  • Effectuer des études de préévaluation et des visites sur place, ainsi que la surveillance et des inspections postévaluation pendant la construction et l’exploitation du projet.
  • Déterminer la portée des projets et des évaluations à effectuer afin de concentrer l’évaluation environnementale sur les questions, les préoccupations et les répercussions importantes, telles que la détermination des limites spatiales et temporelles du projet et le niveau d’évaluation requis à l’égard de ces points.
  • Déterminer les effets environnementaux, évaluer les répercussions négatives des effets environnementaux, proposer des mesures d’atténuation et évaluer l’importance des effets résiduels sur l’environnement.
  • Concevoir et mettre en œuvre des programmes de suivi afin de déterminer le bien-fondé de l’évaluation environnementale et l’efficacité des mesures d’atténuation.
  • Coordonner et passer en revue les rapports d’évaluation environnementale avec d’autres ministères, organismes et organisations provinciaux et fédéraux afin de veiller à ce que l’évaluation soit conforme aux lois, aux normes et aux pratiques exemplaires nationales et internationales en matière d’environnement.
  • Coordonner les programmes d’information et de participation du public, organiser des journées portes ouvertes et des rencontres et participer aux audiences publiques relatives aux projets importants.
  • Élaborer des procédures, des lignes directrices et des pratiques exemplaires relatives à la mise en application de lois sur les évaluations environnementales.
  • Fournir des conseils sur l’élaboration de lois régissant les évaluations environnementales.

Milieu de Travail


Les analystes en évaluation environnementale travaillent dans divers endroits, dont les suivants :

Au bureau :

  • rencontrer les promoteurs, les parties intéressées et les représentants des gouvernements fédéral et provincial afin de déterminer la portée du projet et le type d’évaluation environnementale requise
  • utiliser des méthodes d’évaluation environnementale, y compris la cartographie informatisée, le SIG et les modèles, pour cerner et évaluer les répercussions environnementales
  • consulter des experts en la matière sur les répercussions des projets proposés, les solutions de rechange et les mesures d’atténuation des répercussions environnementales
  • effectuer des recherches et analyser des données environnementales, par exemple les espèces en péril, les zones écosensibles et les données sur la faune et les eaux souterraines
  • réaliser des recherches, consulter d’autres spécialistes en évaluation environnementale et passer en revue d’autres évaluations environnementales
  • donner des conseils quant aux approbations de projet, aux mesures d’atténuation, aux exigences en matière de suivi et aux conditions régissant les permis
  • préparer des rapports d’évaluation environnementale, mettre en œuvre des programmes de protection de l’environnement et préparer des rapports de suivi

Sur le terrain :

  • effectuer des visites et des enquêtes sur le terrain et recueillir des données environnementales de base
  • visiter d’autres projets afin d’obtenir des renseignements, par exemple sur les répercussions environnementales éventuelles, les mesures d’atténuation et les solutions de rechange
  • effectuer des études et des recherches pour combler les lacunes en matière d’information et régler les déficiences cruciales
  • réaliser des programmes de suivi pour déterminer le bien-fondé de l’évaluation environnementale et l’efficacité des mesures d’atténuation
  • faire un suivi de base des paramètres environnementaux
  • tenir des consultations publiques et mettre en œuvre des programmes de participation, comme des journées portes ouvertes, des réunions publiques, des sondages et des entrevues

Où Travailler


Il existe un certain nombre d’endroits où les analystes en évaluation environnementale peuvent trouver un emploi. Parmi eux, on compte les suivants :

  • services gouvernementaux fédéraux, provinciaux, territoriaux et municipaux
  • sociétés de consultation en génie et en environnement
  • organismes des Premières Nations et autochtones
  • conseillers indépendants
  • sociétés industrielles
  • organismes sans but lucratif, comme les groupes d’intervention en matière de conservation et d’environnement

Études et Compétences


Si vous êtes actuellement à l’école secondaire et que vous envisagez une carrière en tant que analyste en évaluation environnementale, vous devez avoir d’excellents résultats dans les domaines suivants ou une prédilection pour ces derniers :

  • Biologie
  • Chimie
  • Mathématiques
  • Sciences humaines
  • Géographie

Dans la majorité des cas, la qualification minimale requise afin de travailler en tant que analyste en évaluation environnementale est un diplôme universitaire de premier cycle.

Si vous êtes étudiant au niveau postsecondaire et que vous envisagez une carrière en tant que analyste en évaluation environnementale, les programmes suivants conviennent particulièrement à la carrière à laquelle vous vous destinez :

  • Évaluation environnementale
  • Biologie
  • Zoologie
  • Botanique
  • Gestion de l’environnement
  • Gestion des écosystèmes
  • Gestion des ressources naturelles
  • Écologie

Les analystes en évaluation environnementale ont des antécédents variés, la liste ci-dessus ne représentant qu’un point de départ.  Il est recommandé de suivre des cours supplémentaires pour acquérir une connaissance pratique de divers domaines tels que le fonctionnement du SIG et l’échantillonnage sur le terrain.

L’accréditation des analystes en évaluation environnementale n’est pas obligatoire, mais un statut professionnel est recommandé.  La plupart des analystes en évaluation environnementale possèdent une désignation professionnelle, comme celle de biologiste professionnel ou chimiste professionnel, et font partie de leur association professionnelle.

modèles de Rôle


Mel Falk

« Deux facteurs m’ont permis de me trouver un emploi dans le secteur des études d’impact sur l’environnement : le hasard et mes ambitions. » En 1971, Mel Falk venait tout juste de terminer une maîtrise en zoologie à l’Université du Manitoba. « À l’époque, il y avait très peu d’emplois dans les Prairies pour des personnes comme moi. » Mais voilà, Mel est entré un jour dans les bureaux du ministère des Pêches et des Océans à Winnipeg et, à sa grande surprise, le ministère embauchait des titulaires d’une maîtrise en sciences naturelles. Il y avait un besoin de scientifiques pour étudier les impacts sur l’environnement du projet de construction d’un pipeline de gaz naturel dans la Vallée du Mackenzie.

En très peu de temps, Mel se retrouva à travailler comme analyste en évaluation environnementale dans les Territoires du Nord-Ouest. « Nous devions déterminer quelles espèces de poissons vivaient dans cette région, quelles étaient leurs routes migratoires et quel impact la construction du pipeline aurait sur eux. » Par la suite, Mel a travaillé pour Parcs Canada, puis pour Travaux publics et Services gouvernementaux Canada où il a perfectionné ses aptitudes en évaluation environnementale.

Quelque 30 années plus tard, Mel dirige sa propre entreprise, Falk Environmental Inc., dont les bureaux sont situés à Winnipeg. La compagnie offre des services professionnels d’études sur les impacts environnementaux et d’éducation environnementale au public et aux entreprises des secteurs public et privé. Mel a l’habitude de travailler sept jours par semaine et de mener simultanément de trois à cinq projets à la fois. Ses clients du secteur privé sont des sociétés d’experts-conseils en génie et en environnement ainsi que des entreprises de diverses industries, notamment celles des transports, des communications, des édifices du patrimoine et des usines de traitement des eaux usées. « Un analyste en évaluation environnementale est un véritable homme à tout faire qui doit avoir des connaissances dans bon nombre de domaines et surtout des connaissances actuelles en matière de pratiques en évaluation environnementale. »

Mel passe la majeure partie de son temps à l’un de ses quatre bureaux, chacun d’eux représentant un projet en cours. Qu’il travaille à son bureau au centre-ville de Winnipeg ou à celui de Victoria, au siège social en banlieue de Winnipeg ou à celui de Sidney, en Colombie-Britannique, Mel n’est jamais très loin de son ordinateur, car ses tâches l’amènent à lire diverses publications environnementales, à passer en revue des caractéristiques ainsi qu’à lire et à rédiger des rapports d’évaluation environnementale.

Lorsque Mel se retrouve à l’emplacement d’un site, il peut y collecter des échantillons de sol, de végétation, d’eau ou y prendre des photos du projet à différentes étapes. Selon lui, l’une des plus importantes tâches à réaliser sur place est celle de parler aux personnes susceptibles d’être touchées par le projet, notamment les propriétaires fonciers, les voisins, les peuples autochtones, les utilisateurs de ressources naturelles et les agriculteurs. « Aux yeux d’un évaluateur d’impacts environnementaux, une conversation avec des personnes générera beaucoup plus de renseignements sur l’emplacement du projet et les impacts que la collecte d’échantillons. »

Il arrive parfois que discuter avec les gens soit impossible. Certains clients peuvent avoir des intentions cachées. Ils désirent que l’évaluation se fasse dans les meilleurs délais afin d’obtenir leur permis de construction. « Il est même arrivé que certains projets violaient les codes d’éthique ou qu’ils étaient tout simplement immoraux, puisqu’ils mettaient en danger l’environnement. » Mel ne croit pas que l’on puisse reprocher à l’industrie ce comportement immoral, mais il est d’avis qu’une meilleure compréhension de l’importance des évaluations environnementales et du rôle que jouent les évaluateurs au cours des premiers stades d’un projet s’impose. Selon lui, la réponse à ces problèmes passe par l’élaboration de normes d’évaluation et par l’émission de certifications professionnelles telles que l’agrément Spécialiste de l’environnement agréé du Canada. « Un agrément est la seule façon de garantir que les entreprises d’une industrie quelconque opèrent selon les normes établies et que la population et l’environnement soient protégés. »