--------------------

Analyste des Politiques de l’environnement

Les politiques environnementales définissent la manière dont les entreprises ou les gouvernements abordent les questions environnementales. Les analystes des politiques de l'environnement examinent et analysent les tendances et les répercussions afin de concevoir des politiques environnementales. Ils œuvrent dans le secteur privé, où ils établissent des pratiques commerciales respectueuses de l'environnement, et dans le secteur public, où ils conseillent les décisionnaires et élaborent des règlements. Les analystes des politiques de l'environnement font face au défi constant d'élaborer des politiques, des règles et des lois qui assurent un juste équilibre entre les préoccupations environnementales et les besoins des consommateurs, des entreprises et des gouvernements.

Entry-Level Salary:
$51,000
Senior-Level Salary:
$90,000

En Bref

Imaginez que vous êtes assis dans une salle de conférence avec la haute direction qui regarde attentivement la toute dernière publicité télévisée de la société présentant le nouvel engagement de l'entreprise envers l'environnement. Vous esquissez un sourire et vous êtes fier de vous. Vous êtes analyste des politiques de l'environnement pour la société et c'est votre équipe qui a conçu cette nouvelle politique. La publicité télévisée et la campagne médiatique ne sont que de petits exemples des changements qui feront de ce grand pollueur un leader en matière d'innovation et de production durable.

En tant qu'analyste des politiques de l'environnement, vous avez lancé le processus il y a près de deux ans avec la présentation aux dirigeants de l'entreprise des tendances de consommation selon lesquelles l'achat de produits est fortement influencé par la réputation environnementale du fabricant. Afin de tirer profit de cette tendance, la direction a demandé à votre équipe de concevoir une politique qui démontrera aux clients et aux employés de l'entreprise son engagement à réduire son impact sur l'environnement. Vous avez commencé par établir une série de lignes directrices pour la nouvelle politique, qui devaient tenir compte de la nature des activités de l'entreprise et comprendre un engagement en matière d'amélioration continue. La politique devait également se conformer aux lois provinciales et fédérales existantes en matière d'environnement et comprendre un cadre destiné à évaluer de façon régulière le rendement de l'entreprise sur le plan environnemental. Vous avez alors commencé à rédiger une politique ébauchant un certain nombre de nouveaux objectifs en matière d'environnement pour l'entreprise, dont la réduction de la consommation d'énergie et de ressources, le traitement sécuritaire des déchets, la formation du personnel aux processus écologiques ainsi que la vérification périodique du rendement. Vous avez aussi exposé la façon dont cette politique devait être communiquée au personnel et aux clients et être mise en œuvre. Vous et votre équipe avez passé des mois à concevoir un cadre afin de vous assurer que votre entreprise adopte une politique environnementale réaliste et évolutive.

Fonctions


Les fonctions types varient beaucoup d’un emploi à l’autre, mais la liste qui suit donne un exemple des fonctions qu’un analyste des politiques de l’environnement est susceptible de remplir :

  • Consulter des groupes d’intérêts dont des entreprises, des gouvernements et des groupes d’intérêts spéciaux.
  • Coordonner l’examen du public de projets d’envergure et participer aux audiences publiques.
  • Effectuer des recherches sur les tendances, les politiques et les lois relatives à l’environnement.
  • Préparer des rapports et faire des présentations aux parties intéressées.
  • Cerner les problèmes que posent les projets et les pratiques et proposer des solutions pour atténuer les impacts environnementaux.
  • Faire des recommandations qui assurent un juste équilibre entre la conservation de l’environnement et les considérations sociales et économiques aux décisionnaires.
  • Élaborer des règlements et des lignes directrices pour la mise en application des lois et des politiques environnementales.

Milieu de Travail


Les analystes des politiques de l’environnement travaillent dans divers endroits, dont les suivants :

Au bureau :

  • rédiger et évaluer des politiques et des rapports environnementaux
  • préparer des notes documentaires et des discours destinés aux cadres supérieurs
  • cerner les failles et les occasions en ce qui a trait aux politiques et suivre de près les nouveaux enjeux
  • communiquer par téléphone et lors de réunions avec les clients, les parties intéressées, les services gouvernementaux, les collègues et les experts sur le terrain
  • évaluer les politiques environnementales en tant que représentant du gouvernement ou en tant que porte-parole

Sur le terrain :

  • faire des présentations aux parties intéressées, aux clients, aux entrepreneurs et au grand public
  • visiter des sites afin d’évaluer les résultats des politiques environnementales
  • représenter votre service ou votre organisme dans le cadre de réunions des parties intéressées
  • animer des séances d’information pour le public, donner des entrevues et faire visiter des sites

Où Travailler


Il existe un certain nombre d’endroits où les analystes des politiques de l’environnement peuvent trouver un emploi. Parmi eux, on compte les suivants :

  • services gouvernementaux fédéraux, provinciaux, territoriaux et municipaux
  • organismes d’aménagement du territoire et de conservation
  • sociétés de consultation en environnement
  • secteurs industriels comme ceux de la fabrication, du pétrole et du gaz, de l’agriculture, du transport et de la foresterie
  • organismes sans but lucratif, organismes non gouvernementaux et organismes internationaux

Études et Compétences


Si vous êtes actuellement à l’école secondaire et que vous envisagez une carrière en tant que analyste des politiques de l’environnement, vous devez avoir d’excellents résultats dans les domaines suivants ou une prédilection pour ces derniers :

  • Anglais/Français
  • Biologie
  • Géographie
  • Sciences humaines
  • Études de droit

Dans la majorité des cas, la qualification minimale requise afin de travailler en tant que analyste des politiques de l’environnement est un diplôme universitaire de premier cycle.

Si vous êtes étudiant au niveau postsecondaire et que vous envisagez une carrière en tant que analyste des politiques de l’environnement, les programmes suivants conviennent particulièrement à la carrière à laquelle vous vous destinez :

  • Politique environnementale
  • Étude du milieu
  • Droit
  • Gestion des ressources naturelles
  • Développement international
  • Géographie

L’accréditation des analystes des politiques de l’environnement  n’est pas obligatoire.

modèles de Rôle


Jean Paul Gladu

Quand j’avais dix ans, je savais que je voulais faire quelque chose en rapport avec l’environnement. La chasse, la pêche et le trappage tenaient une grande place dans ma vie. Toutes les fins de semaines, je campais avec ma famille. Il était tout naturel pour moi d’être à l’extérieur et de choisir une carrière dans le secteur de l’environnement. J’allais régulièrement à la pêche à la truite mouchetée avec mon père. Très souvent, le long des ruisseaux où nous pêchions, nous pouvions constater les effets d’une exploitation forestière trop poussée, jusque sur les rives. Ceci avait des conséquences négatives sur les ruisseaux. J’ai pu voir les dommages et cela m’est resté à l’esprit. J’ai d’abord pensé que je serais agent de conservation parce que je ne voulais pas que les gens enfreignent les lois qui protègent l’environnement. Certaines personnes tuent trop d’animaux et sont coupables de gaspillage. Je voulais protéger les animaux de ce traitement.

J’ai beaucoup appris auprès des aînés et de ma famille. J’avais l’habitude de rester écouter toutes les conversations des adultes. Maintenant, cette habitude est très importante pour mon emploi. Je travaille avec des gens et je les représente. Il faut donc que je sache écouter leurs préoccupations et que j’essaie de comprendre leurs valeurs.

Au début, j’étais technicien forestier. L’expérience a été fantastique, mais je n’étais pas fait pour ça. Je voulais m’occuper de gestion des écosystèmes, de gestion des personnes et de conception de politiques. Pour cela, il me fallait pousser plus loin mes études. Après avoir repris des études et avoir obtenu un baccalauréat en sciences forestières, j’ai commencé à apprécier la complexité du domaine de l’aménagement des terres.

Je prévois un énorme besoin de personnes ayant des compétences comme les miennes dans les dix années à venir. Au Canada, sur 12 000 forestiers, il y en a environ 40 qui sont autochtones à l’heure actuelle. Maintenant qu’un nombre croissant de territoires traditionnels sont cédés, d’une façon ou d’une autre, aux collectivités autochtones, la nécessité d’établir des liens entre ces dernières et les systèmes de gestion occidentaux est encore plus marquée.

L’aspect le plus délicat de mon travail est la communication avec différentes personnes ayant différents intérêts et points de vue. Les gens sont dynamiques. Lorsque je communique avec des personnes qui ne connaissent pas la culture autochtone, mes expériences dans le domaine du savoir traditionnel me sont utiles.