--------------------

économiste de l’environnement

Les économistes de l'environnement se spécialisent dans une branche de l'économie qui vise à incorporer les considérations environnementales à l'analyse économique. Ils étudient du point de vue économique les impacts environnementaux positifs et négatifs des projets et des politiques, puis ils expliquent à l'industrie et aux pouvoirs publics les répercussions qu'auront leurs décisions sur l'environnement. En plus du processus d'évaluation, les économistes de l'environnement peuvent aussi participer à l'élaboration de théories qui modèlent la valeur économique de l'environnement et son mode d'interaction avec d'autres aspects de l'économie d'une région.

Entry-Level Salary:
n/a
Senior-Level Salary:
n/a

En Bref

Imaginez une chaude journée d'automne; les feuilles jaunes et or des peupliers reflétant la lumière du soleil contrastent avec le vert foncé des pins avoisinants. Du haut d'une pente, vous admirez une jolie vallée et sa rivière, à quelque douze mètres en contrebas. En tant qu'économiste de l'environnement, vous avez reçu la mission difficile de donner une valeur monétaire à ce magnifique panorama dans le cadre du processus décisionnel de la municipalité. Le mois précédent, un promoteur a demandé à la municipalité la permission de subdiviser le terrain de la vallée touchant à la rivière afin d'y construire des domaines haut de gamme pour retraités. Avant de prendre une décision, la municipalité vous a cependant demandé d'en évaluer les conséquences économiques. Il s'agit d'un travail complexe, mais vous avez reçu la formation pour l'accomplir.

En tant qu'économiste de l'environnement, vous aborderez ce problème en utilisant une variante de la traditionnelle analyse coûts-avantages selon laquelle vous énumérez tous les avantages potentiels que retirerait la municipalité si elle autorisait cet aménagement, ainsi que les coûts possibles. D'une part, vous déterminez les revenus potentiels que la municipalité toucherait en taxes foncières. Vous calculez aussi les bénéfices de la croissance économique accrue qui se produirait dans les collectivités voisines en raison d' un projet de construction de cette envergure. D'autre part, vous devez évaluer le coût du projet sur le plan de l'impact environnemental. C'est ici que les choses se compliquent : il n'est pas facile de donner une valeur monétaire à l'environnement. Dans le cadre de votre analyse comparative, vous utiliserez un certain nombre d'outils et de méthodes d'évaluation qui vous permettront d'établir la valeur monétaire de l'actif environnemental de la vallée. Vous déterminerez le coût de l'enlèvement de la moitié des arbres du secteur, de la destruction de l'habitat faunique et de l'augmentation de l'érosion du sol ainsi que le coût de la pollution de l'air et de l'eau qui résulterait de la construction. De plus, le nouveau projet restreindrait l'accès à la rivière; vous devrez aussi calculer le coût potentiel sur les plans du tourisme, des activités récréatives de plein air et de la qualité de vie d'autres résidants du voisinage. En tant qu'économiste de l'environnement, il vous incombe de quantifier l'impact environnemental du nouvel aménagement afin de le comparer au gain monétaire.

Fonctions


Les fonctions types varient beaucoup d’un emploi à l’autre, mais la liste qui suit donne un exemple des fonctions qu’un économiste de l’environnement est susceptible de remplir :

  • Donner des conseils sur l’analyse et la mise au point d’instruments de politique économique comme des systèmes d’échange, des taxes vertes et des incitatifs financiers.
  • Contribuer à la formulation des politiques économiques gouvernementales portant sur l’environnement.
  • Étudier les effets des politiques économiques et monétaires, de la fiscalité et des dépenses gouvernementales sur l’environnement et l’économie.
  • Analyser comment les politiques et les règlements touchant l’environnement interagissent avec la croissance, le commerce, la productivité et la compétitivité.
  • Effectuer des recherches sur les marchés locaux, régionaux, nationaux, multilatéraux et mondiaux.
  • Présenter des concepts et des résultats économiques et statistiques de façon efficace.
  • Évaluer les effets économiques et environnementaux des changements de lois ou de politiques sur les pouvoirs publics, l’industrie et la société en général.
  • Évaluer à l’aide d’instruments économiques les effets des lois touchant l’environnement sur l’économie.
  • Effectuer des recherches pour établir des prévisions en ce qui concerne les tendances économiques futures.
  • Élaborer et appliquer des modèles économiques d’analyse des questions environnementales;
  • Répondre aux préoccupations et aux questions du public et participer à des réunions publiques.
  • Calculer la valeur du capital et des biens  environnementaux.

Milieu de Travail


Les économistes de l’environnement travaillent dans divers endroits, dont les suivants :

Au bureau :

  • créer des modèles économiques
  • effectuer des recherches, analyser les données et préparer des rapports
  • conseiller les décideurs et les responsables de l’élaboration des politiques
  • participer à des comités de mise en valeur des terres et des ressources
  • communiquer par téléphone et lors de réunions avec les clients, les parties intéressées, les services gouvernementaux, les collègues et les experts sur le terrain

Sur le terrain :

  • voyager et présenter de l’information économique aux parties intéressées, aux clients, aux entrepreneurs et au grand public
  • faire de la recherche et visiter des sites
  • assister à des conférences et à des réunions

Où Travailler


Il existe un certain nombre d’endroits où les économistes de l’environnement peuvent trouver un emploi. Parmi eux, on compte les suivants :

  • gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux et administrations municipales
  • sociétés d’experts-conseils en économie et en gestion
  • sociétés de consultation en environnement
  • collèges, universités et instituts de recherche
  • organismes sans but lucratif, organismes non gouvernementaux et organismes internationaux

Études et Compétences


Si vous êtes actuellement à l’école secondaire et que vous envisagez une carrière en tant que économiste de l’environnement, vous devez avoir d’excellents résultats dans les domaines suivants ou une prédilection pour ces derniers :

  • Mathématiques
  • Calcul
  • Économie
  • Sciences humaines

Dans la majorité des cas, la qualification minimale requise afin de travailler en tant que économiste de l’environnement est un diplôme universitaire de premier cycle.

Si vous êtes étudiant au niveau postsecondaire et que vous envisagez une carrière en tant que économiste de l’environnement, les programmes suivants conviennent particulièrement à la carrière à laquelle vous vous destinez :

  • Sciences économiques
  • Adm. des affaires et commerce
  • Gestion de l’environnement
  • Gestion des ressources naturelles
  • Gestion des ressources renouvelables

Bien que l’obtention d’une accréditation ne soit pas nécessaire afin de travailler en tant qu’économiste de l’environnement, de nombreux spécialistes choisissent d’adhérer aux associations professionnelles de leur secteur d’activités.

modèles de Rôle


Erik Haites

Erik Haites est économiste-conseil depuis 30 ans et spécialiste de l’environnement depuis 10 ans. Les gouvernements fédéral et provinciaux, le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques, des établissements de recherche et de grandes sociétés s’adressent à lui pour tirer parti de ses services de recherche, d’analyse et de rédaction de rapports. Selon lui, le travail est stimulant. « Embaucher un consultant peut se révéler coûteux, c’est pourquoi on retient ses services lorsque la question à analyser est particulièrement difficile. C’est aussi un travail qui varie constamment. »

Même si Erik ne le mentionne pas, il a dû fournir des efforts inouïs pour décrocher un baccalauréat en maths, une maîtrise en administration, une maîtrise en sciences et un doctorat. Pourtant, Erik ne semble pas croire que ce fut tellement difficile : « J’ai obtenu un emploi d’été pour une société d’experts-conseil après ma première année d’études postuniversitaires. J’aimais mon travail et ils m’ont réembauché à la fin de mes études. Je n’avais aucune intérêt particulier pour ces questions quand j’étais au secondaire ou même après. Je me suis trouvé un emploi que j’aimais et j’ai persévéré. »

Depuis, il fait carrière en économie environnementale. « Mon travail porte en grande partie sur les aspects économiques du changement climatique et sur les façons de limiter les émissions de gaz à effet de serre, notamment les programmes d’échange de droits d’émission. » Ces échanges permettent à une entreprise (p. ex., une usine, une fonderie) d’acquérir des crédits en réduisant ses émissions, ce qui encourage la réduction générale des gaz à effet de serre.