--------------------

Spécialiste de la Récupération

La récupération est le rétablissement d'une productivité équivalente dans des zones naturelles endommagées par exemple par l'érosion, l'exploitation minière, les inondations ou le développement commercial. Un spécialiste de la récupération relève les zones contaminées. Il est aussi responsable de la mise au point de plans de remise en état des sites et de l'inspection, de la surveillance et de l'évaluation des projets de récupération. Les spécialistes en récupération conseillent également des clients qui veulent s'assurer de respecter la réglementation environnementale fédérale et provinciale applicable.

Entry-Level Salary:
n/a
Senior-Level Salary:
n/a

En Bref

Imaginez que vous êtes dans les hautes herbes vertes du pâturage d'un fermier en train d'admirer la végétation abondante, signe d'un sol fertile. Vous êtes un spécialiste de la récupération et ce pâturage était le site de l'un de vos plus importants projets. Une mine abandonnée se trouvait autrefois à la lisière de ce champ et l'amas de roches stériles extraites lors des opérations minières produisait de l'exhaure de formations rocheuses acides. Le pH trop bas du sol de cette région ne permettait pas à l'herbe ou aux cultures de pousser et la contamination probable des aquifères était inquiétante. On a fait appel à vous pour gérer un projet qui vise à nettoyer l'amas de roches et les autres rebus de la mine, en vue d'améliorer l'état du sol et de protéger le bassin hydrographique.

En tant que spécialiste de la récupération, vous avez travaillé à des projets similaires dans toute la province et vous savez quels renseignements sont nécessaires pour élaborer un plan de remise en état d'un site. Vous commencez par faire des recherches sur l'utilisation antérieure du paturage : à quelles fins, autres que la mine, ce terrain a été exploité? Connaître l'historique du site facilite l'identification des contaminants potentiels. Une fois que vous connaissez les types de contaminants que vous cherchez, il faut aussi déterminer quelles sont les voies par lesquelles ces contaminants peuvent potentiellement se répandre dans l'environnement. Par exemple, vous voulez savoir s'ils sont lixiviables, hydrosolubles ou très volatils. Vous utilisez ces renseignements afin de mettre au point un plan de remise en état du site, comprenant des stratégies de dépollution, des protocoles d'échantillonnage en vue de contrôler le processus et des procédures de restauration du site décontaminé. Par contre, avant de vous mettre au travail, votre plan doit être approuvé par un comité de remise en état du site nommé par la province. Lorsque le projet est approuvé, vous devenez responsable de la mise en œuvre du plan, y compris de l'embauche des entrepreneurs et de la gestion du matériel. Les arbres en mauvais état sont coupés afin de permettre aux niveleuses d'aplanir le sol, et de la pierre à chaux agricole est étendue sur les roches stériles pour en neutraliser l'acidité. Ensuite, on fertilise, ensemence et paille le sol afin de lui rendre ses substances nutritives et d'équilibrer son pH et ses autres éléments. Pendant des mois, vous avez effectué des recherches et assuré la gestion de ce projet. Vos efforts sont récompensés lorsque vous voyez les résultats de votre travail et vous savez qu'il a permis d'améliorer l'état du sol et de protéger les sources d'eau souterraines de la région.

Fonctions


Les fonctions types varient beaucoup d’un emploi à l’autre, mais la liste qui suit donne un exemple des fonctions qu’un spécialiste de la récupération est susceptible de remplir :

  • Gérer et effectuer des tâches dans le cadre de projets de récupération.
  • Effectuer, sur le terrain, des évaluations et des analyses des conditions environnementales, entre autres, de la qualité du sol, des eaux souterraines, de l’eau de surface et de l’air.
  • Identifier les contaminants et modéliser la propagation des polluants et leurs impacts environnementaux.
  • Faire des recherches sur les techniques de remise en état de terres et de plans d’eau perturbés;
  • Mettre au point des plans de remise en état de sites.
  • Obtenir les autorisations et certificats environnementaux fédéraux et provinciaux requis.
  • Entretenir des rapports avec les clients et les organismes de réglementation.
  • Conclure et administrer des contrats.
  • Évaluer et superviser les projets de récupération, y compris la préparation du site, la restauration, les protocoles d’échantillonnage et les résultats.

Milieu de Travail


Les spécialistes de la récupération travaillent dans divers endroits, dont les suivants :

Au bureau :

  • accomplir des tâches administratives, analyser des données et préparer des rapports
  • communiquer par téléphone et lors de réunions avec les clients, les parties intéressées et les services gouvernementaux; présenter les plans de remise en état des sites et les recommandations aux clients
  • mettre au point des plans de remise en état des sites, y compris préparer des demandes environnementales, conclure des contrats et gérer des budgets
  • faire des recherches sur des techniques de récupération et consulter d’autres spécialistes et professionnels de la récupération

Sur le terrain :

  • visiter et inspecter les sites, y compris avant et après la construction
  • recueillir des échantillons et consigner les données et les observations

Où Travailler


Il existe un certain nombre d’endroits où les spécialistes de la récupération peuvent trouver un emploi. Parmi eux, on compte les suivants :

  • sociétés de consultation en génie et en environnement
  • services gouvernementaux fédéraux, provinciaux, territoriaux et municipaux
  • collèges, universités et instituts de recherche
  • entreprises de gestion de déchets
  • secteurs industriels comme ceux du pétrole et du gaz, de l’agriculture et de la foresterie
  • organismes sans but lucratif, organismes non gouvernementaux et organismes internationaux

Études et Compétences


Si vous êtes actuellement à l’école secondaire et que vous envisagez une carrière en tant que spécialiste de la récupération, vous devez avoir d’excellents résultats dans les domaines suivants ou une prédilection pour ces derniers :

  • Biologie
  • Chimie
  • Mathématiques
  • Anglais/Français

Dans la majorité des cas, l’exigence minimale requise afin de travailler comme spécialiste de la récupération est un diplôme universitaire de premier cycle.

Si vous êtes étudiant au niveau postsecondaire et que vous envisagez une carrière en tant que spécialiste de la récupération, les programmes suivants conviennent particulièrement à la carrière à laquelle vous vous destinez :

  • Sciences environnementales
  • Génie environnemental
  • Sciences de la terre – environnement
  • Sciences sociales
  • Agriculture
  • Hydrogéologie
  • Foresterie
  • Géographie
  • Biologie
  • Chimie

Il n’y a pas d’accréditation spécifique pour les spécialistes de la récupération; par contre, de nombreux spécialistes de l’assainissement choisissent d’être accrédités en tant qu’ingénieurs, géoscientifiques, biologistes, agrologues, techniciens ou spécialistes de l’environnement professionnels.

modèles de Rôle


Cameron Faminow

Cameron Faminow attribue sa réussite en tant qu’expert-conseil en environnement à son expérience dans les domaines de l’élevage, de l’agriculture et du pétrole. « Les gens qui œuvrent dans ce domaine utilisent un jargon qui peut prêter à confusion. » Grâce à sa vaste expérience, Cameron n’a aucune peine à traduire ce jargon en des termes clairs. Aujourd’hui, il est le président et le planificateur environnemental principal de sa propre entreprise d’experts-conseils.

Cameron consacre beaucoup de temps aux projets de décontamination, notamment avant qu’ils soient entamés et une fois qu’ils sont terminés. « Le mot récupération ressemble au mot environnement en ce sens qu’il englobe de nombreuses composantes. Il existe très peu d’industries qui ne comptent aucune activité de récupération. » Avant le début d’un projet, Cameron effectue du travail de débroussaillage, c’est-à-dire la collecte de données qui lui permettront de rendre au site son état initial d’avant la construction. « Puisque les installations seront tôt ou tard abandonnées, il nous est très utile d’en apprendre le plus possible avant le début des travaux pour que nous puissions décontaminer le site », explique-t-il.

À la fin des travaux, Cameron voit à inspecter les sites problématiques. À l’aide de recherches documentaires et de visites sur le terrain, il détermine à quelles fins le site a servi et quelles substances polluantes peuvent y être encore présentes. Une fois la décontamination terminée, le sol « devrait avoir retrouvé son potentiel agricole ou environnemental initial ».

L’un des aspects positifs du travail de Cameron est le nombre de possibilités qui s’offrent à lui. « À l’heure actuelle, l’industrie de l’environnement n’est frappée d’aucune pénurie de travail et encore moins le secteur de la décontamination. » Il aime aussi le caractère dynamique de son travail et le fait que le rôle du spécialiste de la décontamination soit de « créer des scénarios gagnants à l’intérieur desquels tous les intervenants – industrie, environnement et propriétaires fonciers – y trouvent leur compte ».