--------------------

Spécialistes de la qualité de l’air

Les spécialistes de la qualité de l'air s'assurent que les émissions et autres polluants de l'air ne constituent pas une infraction aux lois provinciales ou fédérales en matière de pollution atmosphérique. Ils veillent à ce que les polluants, par exemple ceux qui sont produits par des réactions chimiques et la combustion, ne soient pas rejetés dans l'atmosphère à des niveaux nuisibles selon les études d'impact des émissions et sans être traités au préalable avec des technologies appropriées de suppression des contaminants. Les spécialistes de la qualité de l'air examinent également les évaluations environnementales relatives aux projets de construction d'usines et formulent des recommandations en matière de matériel de lutte contre la pollution atmosphérique.

Entry-Level Salary:
n/a
Senior-Level Salary:
n/a

En Bref

Imaginez-vous assis devant votre ordinateur en train d'examiner une multitude de données provenant d'une station de surveillance de la pollution atmosphérique qui mesure continuellement les niveaux de polluants atmosphériques à la périphérie du parc industriel de votre ville. Ces données vous ont été signalées par l'un des techniciens de votre équipe et vous ont été transmises à des fins d'examen. Au cours des derniers jours, cette station a fait état de taux de polluants anormalement élevés risquant de devenir une menace pour les quartiers résidentiels avoisinants. À titre de spécialiste de la qualité de l'air, il vous incombe d'examiner ces données et d'autres facteurs contributifs afin de déterminer pourquoi les niveaux de polluants atmosphériques se sont élevés et les mesures qu'il convient de prendre afin de préserver la santé des résidants des environs et celle des travailleurs du parc industriel.

À titre de spécialiste de la qualité de l'air, vous passerez les quelques prochains jours à enquêter sur la récente augmentation de la pollution atmosphérique dans cette partie de la ville. En premier lieu, vous étudiez les données afin de déterminer avec exactitude quels polluants sont présents en grande quantité dans l'atmosphère. Cela permettra d'en déterminer la source : il est possible qu'une des usines de fabrication du parc industriel ait rejeté un taux illégal de polluants dans l'atmosphère. Vous étudierez également les données géographiques locales afin de détecter la source des émissions. Lorsqu'une source aura été trouvée, vous commencerez l'examen des données météorologiques de cette région, y compris les conditions atmosphériques au cours des derniers jours. Les différences en matière de zones de pression, de vitesse du vent et de direction du vent concourent toutes aux changements de la qualité de l'air ambiant. Vous étudierez également les prévisions météorologiques afin de déterminer si le temps local risque d'aggraver la situation ou si les vents risquent d'entraîner davantage de pollution dans les zones résidentielles. Tous ces facteurs deviennent les pièces d'un casse-tête qu'il vous incombe de rassembler afin de déterminer la cause de l'augmentation de la pollution signalée et les mesures qu'il convient de prendre afin de préserver la sécurité des gens dans cette région.

Fonctions


Les fonctions types varient beaucoup d’un emploi à l’autre, mais la liste qui suit donne un exemple des fonctions qu’un spécialiste de la qualité de l’air est susceptible de remplir :

  • Mener des tests de qualité de l’air sur le terrain et des analyses d’impact sur la qualité de l’air.
  • Dresser un inventaire des émissions atmosphériques et organiser et interpréter les données des sites de surveillance.
  • Préparer des modèles de dispersion et élaborer des méthodes d’échantillonnage atmosphérique.
  • Examiner les demandes de permis et évaluer la conformité avec la réglementation;
  • Évaluer l’état et l’efficacité du matériel de suppression des contaminants.
  • Rédiger des rapports et recommander des changements en fonction des résultats des analyses.
  • Évaluer les systèmes de ventilation et d’aération afin de s’assurer que l’air intérieur est exempt de risque.

Milieu de Travail


Les spécialistes de la qualité de l’air travaillent dans divers endroits, dont les suivants :

Au bureau :

  • accomplir des tâches administratives et analyser les données à des fins de rapports
  • rédiger l’ébauche de plans et de modèles
  • communiquer par téléphone et lors de réunions avec les clients, les services gouvernementaux et le public
  • présenter aux clients les conclusions des évaluations et les recommandations d’amélioration
  • réaliser des recherches sur les nouvelles technologies et les nouveaux progrès en matière de qualité de l’air
  • consulter d’autres spécialistes et professionnels de la qualité de l’air

Sur le terrain :

  • visiter et inspecter les sites
  • mettre à l’essai les concepts et les changements recommandés
  • prendre des mesures et enregistrer les données

Où Travailler


Il existe un certain nombre d’endroits où les spécialistes de la qualité de l’air peuvent trouver un emploi. Parmi eux, on compte les suivants :

  • sociétés de technologie de l’environnement
  • services gouvernementaux fédéraux, provinciaux, territoriaux et municipaux
  • collèges, universités et instituts de recherche
  • sociétés de produits chimiques et industriels

Études et Compétences


Si vous êtes actuellement à l’école secondaire et que vous envisagez une carrière en tant que spécialiste de la qualité de l’air, vous devez avoir d’excellents résultats dans les domaines suivants ou une prédilection pour ces derniers :

  • Mathématiques
  • Physique
  • Chimie
  • Informatique

Dans la majorité des cas, l’exigence minimale requise afin de travailler comme spécialiste de la qualité de l’air est un diplôme universitaire de premier cycle.

Si vous êtes étudiant au niveau postsecondaire et que vous envisagez une carrière en tant que spécialiste de la qualité de l’air, les programmes suivants conviennent particulièrement à la carrière à laquelle vous vous destinez :

  • Génie chimique
  • Génie environnemental
  • Chimie
  • Météorologie

L’accréditation n’est pas obligatoire pour les spécialistes de la qualité de l’air, mais elle est recommandée. Les spécialistes de la qualité de l’air peuvent jouir d’une accréditation à l’échelle internationale.

modèles de Rôle


Rachel Mintz

En tant qu’amoureuse du plein air, Rachel Mintz a toujours voué un intérêt particulier à l’atmosphère. « Je suis le type de personne qui vérifie constamment les conditions météo et la direction du vent et qui tente de décider quel serait le meilleur moment de la journée pour aller courir. » Cet intérêt pour la qualité de l’air ne lui est cependant venu que lorsqu’elle suivait un cours à option alors qu’elle terminait sa maîtrise en génie chimique. « Tout à coup, mon cerveau a embrayé en cinquième vitesse et j’ai réalisé que j’avais tout ce qu’il fallait pour prédire la qualité de l’air. »

Quelque deux années plus tard, Rachel travaille aujourd’hui pour Environnement Canada en tant que spécialiste des prévisions de la qualité de l’air. L’aspect le plus intéressant de son emploi est la diversité des tâches. « Il n’y a pas deux jours qui se ressemblent et c’est ce que j’aime. » Parmi les responsabilités qu’elle assume, mentionnons l’analyse des données, la rédaction de rapports, la programmation informatique ainsi que les présentations au public. Elle aime également le côté multidisciplinaire de l’analyse de la qualité de l’air. « Il vous faut avoir des connaissances en chimie, en météorologie, sans oublier des notions de physique, de mathématiques et de thermodynamique. »

Toutefois, l’aspect multidisciplinaire de son travail peut aussi poser problème. « Nombreuses sont les personnes qui n’ont aucune connaissance de ces domaines. Ainsi, lorsqu’il faut parler de la qualité de l’air, on doit s’assurer que tout le monde comprenne de quoi il s’agit. » Le plus grand défi de Rachel demeure celui de faire en sorte que les renseignements transmis à la population soient informatifs. « L’air est un élément que l’on respire et qui nous fait vivre. Il est important que la population ait des connaissances générales concernant les enjeux impliqués dans le maintien de la qualité de l’air. » Transmettre cette information à la population de façon claire et précise, voilà le défi quotidien de Rachel.